La BCE dans l’obligation d’un QE

Retrouvez cet article sur le blog de Philippe Waechter, en cliquant ici Verbatim de son podcast du 4 décembre 2014 au matin (vous le trouverez ici) La BCE va devoir aller au-delà des mesures de politique monétaire déjà annoncées. Cela ne se fera probablement pas lors de la réunion du 4 décembre en raison de l’imminence de la 2ème opération de TLTRO du 11 décembre. Mais il est probable que le 22 janvier, lors de la réunion suivante, de nouvelles mesures soient proposées. La première raison pour comprendre ces nouvelles mesures sont macroéconomiques. Les indicateurs d’activité sur la zone Euro…

Lire la suite

Allemagne : de l’homme malade de l’Europe à la superstar économique

La performance de l’Allemagne se distingue de celle du reste des pays européens. Ce succès est souvent attribué aux réformes Hartz du marché du travail, que certains veulent voir appliquer en France. Ce billet soutient l’inverse. Les réformes Hartz n’ont joué aucun rôle essentiel. La clé a été la menace de la délocalisation vers l’Europe centrale et l’autonomie des institutions du marché du travail allemand mise en place vers le milieu de la décennie 90. Ces deux facteurs ont contraints les syndicats de faire les concessions nécessaires en matière salariale. La leçon pour les autres pays est de décentraliser davantage…

Lire la suite

Une politique de droite? Non, une politique adroite

François Meunier, Président d’Alsis Conseil et Président du Comité éditorial Vox-Fi, a publié une tribune dans Le Monde daté du 01/09/2014, qu’il souhaite également partager aux lecteurs de Vox-Fi.  Le nouveau gouvernement va donc donner la primauté à la « politique de l’offre », selon la formule consacrée : la relance de l’économie et de l’emploi passe par la restauration des marges et de la compétitivité des entreprises et par la réduction des dépenses publiques, plutôt que par la stimulation directe de la demande des ménages. Le diagnostic est en effet que l’économie n’a plus les moyens de répondre de façon compétitive à une hausse de…

Lire la suite

La reprise mondiale se renforce-t-elle vraiment ?

Vox-Fi reprend en résumé la présentation faite par Olivier Blanchard, chef économiste du FMI, des perspectives économiques du FMI parues dans la dernière livraison de Perspectives de l’économie mondiale (20 janvier 2014). Ces Perspectives portent trois messages principaux :   1- La reprise se confirme Nous prévoyons que la croissance mondiale devrait augmenter de 3% en 2013 à 3,7% en 2014. La croissance dans les économies avancées devrait passer de 1,3% en 2013 à 2,2% en 2014. Et nous prévoyons une croissance dans les économies émergentes et en développement devant passer de 4,7% en 2013 à 5,1% en 2014.   2-…

Lire la suite

Faut-il craindre un scénario de déflation en zone Euro ?

Un scénario de déflation ? C’est la question à laquelle nous aurons peut-être tous à répondre rapidement parce que les enquêtes menées auprès des entreprises suggèrent une réduction des tensions nominales mais aussi parce que les taux d’inflation s’infléchissent sensiblement se calant très au-dessous de l’objectif de 2 % de la Banque centrale européenne.

Lire la suite

Pourquoi la crise de la zone Euro dure ? (Partie I – Quelques repères)

La situation de la zone Euro est critique. Depuis deux ans alors qu’une croissance modérée est constatée aux Etats-Unis, la zone Euro voit son activité se contracter au rythme de -0.15% par an depuis le dernier trimestre 2010 avec une accélération à la baisse depuis l’été 2011.
C’est ce que montre le graphique ci dessous. La divergence de part et d’autre de l’Atlantique est très nette et l’amélioration constatée aux USA suggère que l’environnement global a pu être un support indiquant ainsi que les difficultés étaient spécifiques à la zone Euro après 2011.

Lire la suite

Zone euro : les difficiles voies de la solidarité

Comme pour toute crise, celle de l’euro est riche d’expériences. Elle permet de tester la façon, nécessairement politique, dont la zone euro saura mettre en place une solidarité économique accrue, indispensable à sa survie (on entend par là des mécanismes de partage du risque entre Etats de la zone). On en compte six et six seulement :
1. Les transferts budgétaires
2. La mutualisation de la dette (eurobonds)
3. La monétisation de la dette
4. L’union bancaire
5. L’investissement direct en capital
6. L’immigration interne

Lire la suite

La dette dans la zone euro – l’exemple des États-Unis

L’euro peut-il exister sans union politique ou budgétaire ? Ce billet s’appuie sur l’histoire des États-Unis, tout spécialement sur la prise en charge fédérale de la dette des Etats après la Guerre d’indépendance, pour voir quelle trajectoire pourrait servir au mieux la zone euro. L’histoire nous dit que les unions requièrent un système, bien rodé constitutionnellement, de contrôle du comportement budgétaire, tant au niveau fédéral qu’à celui des Etats individuels. On soutient fréquemment que les difficultés de l’euro montrent qu’il est impossible d’avoir une union monétaire sans union politique. Thomas Sargent (2011) s’est servi de l’imposante tribune de l’acceptation de…

Lire la suite

Le nouveau cadre pour la zone euro – révolution copernicienne à long terme mais risque sur la croissance à court terme

La construction institutionnelle de la zone euro continue de se faire selon une dynamique forte en cette rentrée. Successivement, la BCE a annoncé un nouveau mode d’intervention, le cadre de l’Union Bancaire a été présenté et finalement la cour constitutionnelle de Karlsruhe en Allemagne a validé le Mécanisme Européen de Stabilité et le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union Economique et Monétaire. D’un seul coup la zone euro change de perspectives et fait sa révolution copernicienne car l’objectif de cette construction complexe est de définir un cadre qui soit stable dans le temps,…

Lire la suite

Taux négatifs, de la morphine budgétaire et la main à la poche des épargnants

Tout le monde en a parlé, les taux d’intérêts pour des emprunts court terme émis par la France (et aussi pour l’Allemagne) ont été très légèrement négatifs… cela frappe les esprits et donne un peu de repos aux politiques. D’un côté, il y a beaucoup de liquidités disponibles ; de l’autre côté, beaucoup des gros émetteurs de la zone euro sont considérés à risque (Italie, Espagne) avec peu d’acheteurs… cela crée une distorsion de prix et, de fait, les prêteurs se retournent vers des actifs jugés sans risque ou à potentiel de risque beaucoup plus faible. Cela est renforcé par des…

Lire la suite