La BCE dans l’obligation d’un QE

Retrouvez cet article sur le blog de Philippe Waechter, en cliquant ici Verbatim de son podcast du 4 décembre 2014 au matin (vous le trouverez ici) La BCE va devoir aller au-delà des mesures de politique monétaire déjà annoncées. Cela ne se fera probablement pas lors de la réunion du 4 décembre en raison de l’imminence de la 2ème opération de TLTRO du 11 décembre. Mais il est probable que le 22 janvier, lors de la réunion suivante, de nouvelles mesures soient proposées. La première raison pour comprendre ces nouvelles mesures sont macroéconomiques. Les indicateurs d’activité sur la zone Euro…

Lire la suite

Les marchés n’ont pas acheté les stress tests bancaires

Malgré la volonté de la BCE de rassurer les investisseurs, les marchés n’ont pas acheté son opération vérité sur les banques. Un test de résistance public de banques ne peut être qu’un exercice de communication, qui ne saurait tromper des professionnels avertis sachant de quoi il retourne. Pour résumer le scepticisme vis-à-vis des banques européennes cotées, il suffit de rappeler que leur valeur boursière a baissé depuis 2007 de plus de 70%, et qu’elle reste inférieure à leur actif net comptable (dépréciations d’actifs et/ou provisions pour risques insuffisantes aux yeux des marchés). Ajoutons que le ratio des fonds propres comptables au…

Lire la suite

Bernanke: Un constat et deux explications (Partie 2)

Dans la première partie je faisais le constat qu’en dépit d’un choc plus violent, le comportement de l’économie américaine avait été plus stable lors de la crise actuelle que lors de la crise des années 30. Les profils de l’activité, des prix à la consommation ou encore du chômage ont été très différents, pas de taux de chômage à 25% dans la période actuelle. La crise a été longue à résorber mais elle n’a pas eu aux Etats-Unis les soubresauts observés en 1930, 1931 et 1932. Il n’y a pas eu de longues queues à la porte des banques contrairement…

Lire la suite

Bernanke: Un constat et deux explications (Partie 1)

Le 30 Janvier Ben Bernanke a présidé son dernier comité de politique monétaire de la Federal Reserve (Fed), la banque centrale américaine. Il y a passé deux mandats depuis le 1er février 2006. Il est difficile de porter un jugement sur une période aussi trouble. D’autant qu’à la fin de son mandat, de nombreuses questions restent posées, notamment celle de la gestion des opérations qu’il a mis en œuvre, mesurables par le gonflement du bilan de la Fed. Ce bilan a été déformé par les achats d’actifs considérables mis en œuvre durant ses deux mandats. La dernière opération porte sur …

Lire la suite

La reprise mondiale se renforce-t-elle vraiment ?

Vox-Fi reprend en résumé la présentation faite par Olivier Blanchard, chef économiste du FMI, des perspectives économiques du FMI parues dans la dernière livraison de Perspectives de l’économie mondiale (20 janvier 2014). Ces Perspectives portent trois messages principaux :   1- La reprise se confirme Nous prévoyons que la croissance mondiale devrait augmenter de 3% en 2013 à 3,7% en 2014. La croissance dans les économies avancées devrait passer de 1,3% en 2013 à 2,2% en 2014. Et nous prévoyons une croissance dans les économies émergentes et en développement devant passer de 4,7% en 2013 à 5,1% en 2014.   2-…

Lire la suite

La titrisation est-elle à l’origine de la crise financière ? 2/2

On reproduit ici, avec l’autorisation de la revue, des extraits de l’interview de Thierry Dissaux , « Titrisation, comment sortir de la crise ? », parue dans Variances, La Revue des Anciens de l’Ensae, n°37, janvier 2010. Pour retrouver la première partie de cette interview, cliquez ici. Pourquoi n’a-t-on pas eu en France de crise aussi grave des actifs « toxiques » ?   A titre général, la titrisation européenne, à quelques exceptions près en Espagne et au Royaume-Uni, n’a pas connu les excès de la titrisation américaine, et surtout de l’origination américaine. Si leurs prix se sont effondrés et…

Lire la suite

Risque de défaut souverain et banques dans l’Union monétaire européenne

Les banques de la zone euro sont plus exposées que jamais aux obligations souveraines de leur propre pays. Ce billet soutient que les membres de la zone euro peuvent maintenant se permettre de dire à leurs banques de diversifier, mais une pression venue d’Allemagne, d’Autriche, de France et de la BCE pourrait être nécessaire. Désamorcer le lien pernicieux entre les banques fragiles et les Etats fragiles de la zone euro réduirait le coût de toute nouvelle crise et réduirait la probabilité de sa venue. [Ce billet est un extrait du papier « Sovereign default risk and banks in Europe’s monetary…

Lire la suite

L’Euro, une devise économique oubliée ?

Force est de constater la stabilité de l’euro par rapport au dollar depuis le début de l’année ! Alors que, depuis le début de l’année, le yen et la livre anglaise ont respectivement perdu 16 % et 7 % par rapport au dollar, l’euro reste curieusement résistant entre $1.30 vendredi 31 mai et $1.32 le 1er janvier. Désintérêt des marchés financiers ?

Lire la suite

Faut-il craindre un scénario de déflation en zone Euro ?

Un scénario de déflation ? C’est la question à laquelle nous aurons peut-être tous à répondre rapidement parce que les enquêtes menées auprès des entreprises suggèrent une réduction des tensions nominales mais aussi parce que les taux d’inflation s’infléchissent sensiblement se calant très au-dessous de l’objectif de 2 % de la Banque centrale européenne.

Lire la suite

Sortie de crise : quand et comment ?

L’Union européenne n’est pas à l’origine de la crise, qui se déclenche alors que les déséquilibres financiers mondiaux provoquent l’épisode des subprimes (2007-2008). Mais elle en a démultiplié et prolongé les conséquences par ses défauts de gouvernance. Inachevée pour des raisons exclusivement politiques, l’Union économique et monétaire a révélé les disparités entre ses membres, l’absence d’outils de garantie et de refinancement, aux premiers rangs desquels un véritable gouvernement capable d’agir et de décider vite en accord avec l’Institut d’émission, de parler aux marchés avec un langage qu’ils comprennent… et qui n’a rien à voir avec le lent et progressif cheminement…

Lire la suite