Financer l’immatériel ou la tyrannie du collatéral

Financer l’immatériel ou la tyrannie du collatéral

L’activité économique est de façon croissante une activité immatérielle. L’investissement aussi. Or, le système financier s’est construit au fil des décennies, voire des siècles, sur un financement privilégiant le « matériel » : équipements industriels ou agricoles, immobilier, etc. Le banquier est en mesure ici de se protéger du risque de défaut en prenant en gage l’actif physique qu’il a financé. N’y a-t-il pas alors le risque d’un sous-investissement dans l’économie immatérielle par absence de bons « collatéraux » ? La « tyrannie du collatéral » ne risque-t-elle pas d’étouffer la croissance par manque de financement ? Le graphique qui suit illustre l’inversion des deux tendances en matière d’investissement,…

Lire la suite

Réduire les délais de paiement de ses fournisseurs fragilise-t-il une entreprise ?

Réduire les délais de paiement de ses fournisseurs fragilise-t-il une entreprise ?

La loi de modernisation de l’économie a réduit les délais de paiement en les plafonnant, pour l’essentiel, à 60 jours. Aujourd’hui, les délais moyens sont stables, mais les retards continuent de peser sur la trésorerie des entreprises qui semblent peu enclines à payer leurs fournisseurs plus vite pour ne pas fragiliser leur solvabilité. Pourtant, concilier ces deux objectifs est possible. Graphique 1 : Nette réduction des délais fournisseurs et clients imputable à la loi de modernisation de l’économie (LME) Source : Banque de France – base FIBEN, données à fin octobre 2017. Note : champ, Entreprises non financières telles que définies par…

Lire la suite

La loi Pacte et l’objet social de l’entreprise

La loi Pacte et l’objet social de l’entreprise

La définition juridique de l’entreprise organisée sous forme de société, en France, tient dans deux petits articles du Code Civil, quasiment intouchés depuis 1804: Article 1832 : La société est instituée par deux ou plusieurs personnes qui conviennent par un contrat d’affecter à une entreprise commune des biens ou leur industrie en vue de partager le bénéfice ou de profiter de l’économie qui pourra en résulter. (…) Article 1833 : Toute société doit avoir un objet licite et être constituée dans l’intérêt commun des associés. « Est instituée… en vue de » : n’y a-t-il pas dans cette rédaction une position trop tranchée ?…

Lire la suite

Le rôle crucial des relations personnelles dans les contrats de prêts

Le rôle crucial des relations personnelles dans les contrats de prêts

Avec la collaboration de Simon Gueguen, enseignant-chercheur à l’Université de Cergy-Pontoise.   Comme toute relation contractuelle de long terme, un contrat de prêt se caractérise généralement par des asymétries d’information. À conditions équivalentes, les prêteurs et les emprunteurs préfèrent contracter avec des contreparties qu’ils connaissent. Cette idée est bien connue et a été souvent testée. L’article que nous présentons ce mois[1] va cependant plus loin, en proposant notamment de distinguer relations personnelles et relations institutionnelles, et en faisant apparaître des effets économiques très significatifs de ces relations sur le financement et l’investissement. Nous avions présenté dans cette chronique il y…

Lire la suite

La finance externe des entreprises est avant tout de la dette

La finance externe des entreprises est avant tout de la dette

Le graphique qui suit est tiré du Global Financial Stability Report publié par le FMI en avril 2017, celui de l’année dernière. Il fait figurer la façon dont les entreprises américaines dans leur ensemble, c’est-à-dire cotées et non cotées, ont recouru au financement externe, à savoir augmentations de capital (nettes de rachats d’actions) ou augmentations de dettes (nettes des remboursements). Les chiffres semblent sans appel : entre 2010 et 2016, l’accroissement d’endettement est de 7,8 Tr$ alors qu’on compte non pas un apport de fonds propres en provenance des actionnaires mais au contraire une diminution de 3 Tr$. Va-t-on vers un surendettement des…

Lire la suite

Le rôle du capital incorporel dans les valorisations des « entreprises stars »

Le rôle du capital incorporel dans les valorisations des « entreprises stars »

Récemment, l’attention des observateurs a été attirée par les « entreprises stars » dont les performances s’écartent sensiblement de celles des entreprises classiques. Une étude de l’US Council of Economic Advisors (2016) apporte un éclairage intéressant sur ce sujet. La figure 1 montre que la dispersion du Return On Invested Capital (ROCE) croit à cause de ceux des « entreprises stars ». D’autres manifestations de ce phénomène ont été notées par Kurz, Autor, Van Reenen et Patterson.   Figure 1 : ROCE excluant le goodwill   Beaucoup de chercheurs considèrent que les causes de cette tendance sur le ROCE se trouvent dans leur pouvoir de…

Lire la suite

Tout bien compté… ! À propos de l’économiste et du comptable

Tout bien compté… ! À propos de l’économiste et du comptable

Le Blog reprend avec la permission de l’auteur de larges extraits d‘un de ses articles publiés en 19931. Celui-ci montre, avec humour, l’importance déterminante de la comptabilité et des égalités comptables pour le raisonnement économique. À vrai dire, selon l’auteur, il n’y a guère de vérités des économistes qui ne soient avant tout de nature comptable. Leurs autres vérités sont moins certaines, on le sait bien depuis que la crise financière a éclaté. Transposée dans l’entreprise, cette proposition pourrait montrer pourquoi le directeur financier l’emporte souvent dans les discussions de direction générale (et pour cela agace ses collègues) : par habitude,…

Lire la suite

Le système chilien de retraites et ce qu’il enseigne sur une possible réforme française

Le système chilien de retraites et ce qu’il enseigne sur une possible réforme française

En matière de politique économique, on cherche toujours des expériences pures, celles dont il est relativement facile de tirer des conclusions. C’est le cas du Chili, qui a organisé la couverture du risque vieillesse en recourant quasi exclusivement à un système de capitalisation à cotisations définies. La plupart des autres pays ont des solutions mixtes, mélangeant différents types de couverture. La France organise l’essentiel de son système autour d’un régime de répartition à prestations définies, ce qui est le cas polaire du chilien. Le système chilien a une origine historique précise, à savoir sa complète désorganisation qui prévalait avant sa…

Lire la suite

Amazon met en place un salaire minimum à 15$

Amazon met en place un salaire minimum à 15$

Plus qu’un graphique, un tweet. Celui qu’envoie Jeff Bezos au sénateur Bernie Sanders, en réponse à un premier tweet de Sanders faisant suite à la décision d’Amazon de mettre en place un salaire minimum de 15$ par heure (13€) pour les 350.000 employés qui travaillent pour la société aux États-Unis. Bernie Sanders, faut-il le rappeler, est le candidat malheureux aux Primaires démocrates de la récente élection présidentielle, un candidat qui incarne fortement la gauche du Parti démocrate et qui n’a eu de cesse de dénoncer les profits croissants des entreprises américaines alors que stagne continument le pouvoir d’achat de leurs…

Lire la suite

La dette publique est-elle sous-estimée à cause des retraites ?

La dette publique est-elle sous-estimée à cause des retraites ?

Si les administrations publiques étaient soumises aux normes comptables IFRS, la dette publique ne serait pas de 97,8 % du PIB comme vient de le publier l’Insee, mais de plus de 180 % ! En effet, les normes IFRS obligent les entreprises à enregistrer à leur passif la valeur des promesses de retraite qu’elles ont faites à leurs employés tandis que la définition de la dette « Maastricht », qui est la référence en matière de mesure de la dette publique en Europe, exclut les dettes de retraite. Or la valeur du passif « dette » de l’État envers ses fonctionnaires est officiellement connue : il…

Lire la suite