Dividendes et rachats d’actions au sein du CAC 40 en 2017

Dividendes et rachats d’actions au sein du CAC 40 en 2017

On pourrait être surpris de constater que le montant des dividendes et des rachats d’actions au sein du CAC 40 en 2017 est plus faible de 9 % qu’en 2016 : 50,9 Md€ contre 55,7 Md€[1]. En effet, les résultats courants part du groupe sont en progrès de 7 % en 2016 et non en retrait ; et on aurait pu s’attendre à une progression dans ces conditions des rachats et des dividendes en 2017. Ce serait oublier que rachats d’actions et dividendes extraordinaires sont éminemment discrétionnaires. Source : Compilation des informations réglementées publiées par les sociétés   Les rachats d’actions de 2017…

Lire la suite

Le départ en retraite tue-t-il ?

Le départ en retraite tue-t-il ?

Il y en a qui jubilent à leur mise en retraite (et pas uniquement ceux qui savent traduire le mot espagnol jubilación). Il y en a qui dépriment au contraire, alors même parfois qu’ils attendaient ce moment toute leur vie de travail. Et cet état affecte leur santé. Cela peut-il accroître leur probabilité de décès ? C’est ce que semblent montrer les statistiques aux États-Unis, d’après un article très documenté : « The Mortality Effects of Retirement: Evidence from Social Security Eligibility at Age 62 », publié par le Journal of Public Economics de janvier 2018 (une référence signalée par l’excellent blog de Tim…

Lire la suite

Consensus BSI Economics – Décembre 2017

Consensus BSI Economics – Décembre 2017

Le Comité éditorial de Vox-Fi signale la publication du Consensus BSI Economics de décembre 2017 (4e trimestre 2017, Numéro 12). Le Consensus BSI Economics réalise un sondage auprès d’un panel d’économistes évoluant en France, à l’international et pour des structures publiques, privées, institutionnelles et académiques. Le consensus interroge ces spécialistes sur les problématiques économiques et financières pour identifier les enjeux des prochains mois.   Les préoccupations du Consensus  Ce dernier Consensus de l’année 2017 s’inscrit dans la continuité du précédent numéro : des convictions peu marquées tandis que peu d’évènements présentent une probabilité de réalisation élevée. Les économistes restent ainsi prudents…

Lire la suite

Des raffinements du crédit des banques centrales

Des raffinements du crédit des banques centrales

Vox-Fi a le plaisir de présenter un extrait tiré de l’ « Essai » de Cantillon (1755), décrivant ce qu’était le fonctionnement d’une banque centrale, ici la Banque d’Angleterre au 18ème siècle, quand elle ne disposait pas encore de la garantie de l’État (qui n’est venue que beaucoup plus tard, par exemple seulement en 1913 aux États-Unis pour la FED) et qu’elle devait trouver toutes les astuces, assez drôles, pour ne pas subir de « ruée » (run) en cas de panique financière. Une remarque très fine aussi sur les débuts d’une politique du taux d’intérêt, par le jeu d’achats ou de vente de titres…

Lire la suite

Juger des activités économiques d’après le critère de leur rentabilité contribue-t-il positivement à l’intérêt général ?

Juger des activités économiques d’après le critère de leur rentabilité contribue-t-il positivement à l’intérêt général ?

Il existe dans l’économie deux types d’entreprises au sens très large du terme :  1/ celles qui bénéficient de ressources financières dont le coût ne leur est pas facturé : associations, ONG, certaines firmes publiques car elles reçoivent des subventions, cotisations, dons, etc. à fonds perdus. Ceux qui les consentent n’en attendent aucun retour financier, mais des retours différents, car il n’y a pas que la finance dans la vie.  2/ celles qui bénéficient de ressources financières dont le coût leur est facturé d’une façon ou d’une autre sous forme d’intérêts, de dividendes ou d’espoir de plus-values. Les deux types d’entreprises…

Lire la suite

Métayer ou fermier ? Uber ou taxi ?

Métayer ou fermier ? Uber ou taxi ?

On connaît les deux grandes classes de contrats assis sur un actif financier, ceux qui garantissent une certaine part des profits et pertes de cet actif ; ceux qui garantissent un versement fixe et prédéterminé, sauf défaut de l’actif. Appliqués à l’entreprise, fonds propres pour les premiers, dette pour les seconds. Mais ces caractéristiques sont universelles et s’appliquent à quantité de contrats. Par exemple, la rémunération des terres agricoles, les contrats d’assurance avec des partages du risque entre assureur et assuré sous forme de franchise ou de quotité non garantie. Soit encore, objet de ce billet, la rémunération des chauffeurs de taxi.…

Lire la suite

Le poids des dépenses publiques

Le poids des dépenses publiques

Élisabeth Badinter a édité un livre fort intéressant, et qu’elle préface à merveille et longuement (sur 135 pages), nous entraînant dans l’histoire des finances et des libertés publiques dans les quelques décennies qui ont précédé la Révolution française. Il s’agit des « Remontrances » de Malesherbes. Moins bon économiste, mais probablement meilleur politique que Turgot, Malesherbes est une des quelques grandes voix – hors les philosophes des Lumières – qui ont devancé la période révolutionnaire et qui, si écoutés, l’auraient vraisemblablement évitée. Une voix faite toute de prudence, mais aussi une voix courageuse : il fallait un certain cran pour accepter, quelque 20…

Lire la suite

Cantillon contre Law – Polémiques sur la monnaie

Cantillon contre Law – Polémiques sur la monnaie

La lecture des Anciens fait alterner ennui (parfois), fascination (souvent). On est décidément dans le mode fascination à lire les débats conduits par certains économistes dans la première moitié du 18ème siècle, à l’époque de la Régence en France. De Richard Cantillon d’un côté, avec son formidable livre (« Essai sur la nature du commerce en général »), excellement réédité en 1952 par l’INED, et de John Law de l’autre, lu ici indirectement via le récent livre de Bertrand Martinot « John Law – Le magicien de la dette », 2017. Nous sommes au moment de la Régence, à la mort de Louis XIV,…

Lire la suite

Quelques observations sur la valorisation de Tesla Inc., ou « quand les multiples de la Net économie s’emparent des industries que l’on dit traditionnelles… »

Quelques observations sur la valorisation de Tesla Inc., ou « quand les multiples de la Net économie s’emparent des industries que l’on dit traditionnelles… »

Il est courant de s’extasier devant les valorisations boursières des « GAFA[1] », qui ensemble dépassent la valeur de la totalité du CAC 40. Des ouvrages[2] ont été consacrés à la valorisation des entreprises dites numériques. Mais on peut s’étonner quand des valorisations de même niveau s’appliquent à des entreprises appartenant, a priori, à des industries matures. Le tableau 1 ci-dessous montre qu’un investisseur avisé qui aurait misé US$ 1000 en janvier 2010 aurait multiplié son capital par 2,6 en le plaçant sur Google, par 4,6 en choisissant Apple, par 6,3 sur Amazon ou 18,5 fois avec Netflix. Pas très surprenant avec…

Lire la suite

Un rendement des fonds propres élevé accroît-il le « price-to-book » ?

Un rendement des fonds propres élevé accroît-il le « price-to-book » ?

Il y a des graphiques qui font partie du bêtisier de la finance. Celui-ci est tiré de la livraison de décembre 2017 de la Lettre que fait paraître le cabinet Roland Berger. Il met en regard pour quelques grandes institutions financières, banques et assurances, le rendement des fonds propres ou RoE et le ratio de la valeur boursière à la valeur des fonds propres au bilan, dit P/B ou encore q de Tobin. On y voit une relation clairement croissante entre le RoE et le P/B. Et on note que certains groupes se situent bien au-dessus de la droite moyenne…

Lire la suite