Baromètre DFCG sur le climat économique régional : La reprise économique se confirme

Baromètre DFCG sur le climat économique régional : La reprise économique se confirme

La DFCG a lancé en juin et juillet 2017 un Baromètre sur le climat économique régional. Ce baromètre semestriel se propose de recueillir la perception qu’ont les directeurs financiers et de contrôle de gestion d’une part de la « santé » de leur entreprise et d’autre part du climat économique régional et national. Les résultats du baromètre sont très positifs : les indicateurs sont au vert et l’embellie est spectaculaire : la reprise économique – tant régionale que nationale – se confirme !

 

Pour cette première édition du Baromètre, la DFCG a interrogé ses adhérents ainsi que les membres de son réseau dont la profession relève de la finance d’entreprise ou du contrôle de gestion : 104 répondants ont répondu à la sollicitation.

 

Un climat économique favorable et porteur

Les répondants ont une perception étonnamment positive de la situation de leur entreprise. Cet optimisme se vérifie également en ce qui concerne le climat économique national et régional : ils sont jugés favorablement respectivement à 77 % et 82 % !

De surcroît, les appréciations des répondants concernant le climat économique dans leur région sont très majoritairement positives : « Il y a du mieux depuis les élections présidentielles », « Le climat des affaires dans la région est clairement favorable », « Les conditions favorables pour une reprise économique sont présentes », ou encore « Un léger dynamisme se fait sentir depuis quelques semaines ». Tempérant cet engouement, un répondant note que « Beaucoup de clients [sont] en fragilité financière, et avec des marges difficiles à rétablir ».

 

Une santé vigoureuse des entreprises

Les répondants considèrent que la situation économique de leur entreprise est solide : 66 % jugent cette situation « Plutôt favorable » et 10 % « Très favorable », contre seulement 23 % « Plutôt défavorable » et 1 % « Très défavorable ».

 

 

Perception des répondants sur le climat économique et la situation économique de leur entreprise

 

De même, le carnet de commande est robuste, puisque 74 % le considèrent favorablement (i.e. « Plutôt favorable » ou « Très favorable »). Alors que les délais de paiement sont généralement source de préoccupation – notamment pour les PME – les délais de paiement sont jugés favorablement par 72 % des répondants. De plus, seul 1 % des répondants les considère « Très défavorable ».

La trésorerie est jugée favorablement par 70 % des répondants. Toutefois, 9 % d’entre eux estiment que la trésorerie est « Très défavorable ».

Les perspectives d’embauche sont globalement favorables (60 %).

Les perspectives d’investissement apparaissent plus favorables à moyen terme (41 % pour 6 mois et 12 mois) qu’à court terme (27 % à 3 mois). Parmi les moyens de financement, se distinguent nettement le financement bancaire (66 %), l’autofinancement (58 %), et les locations financement de type crédit-bail (32 %). Viennent ensuite le marché (9 %), le placement privé (8 %), les financements groupe (5 %).

Le crowfunding et l’affacturage sont quasiment absents. (1 %) Les perspectives de développement relèvent fortement du digital (57 %) et de l’international (51 %), et plus modestement des « Fusac » (17 %).

 

Des répondants provenant d’entreprises diverses et de multiples régions

Les répondants exercent majoritairement la fonction de directeur financier (69 %). Les directeurs de contrôle de gestion représentent 11 %, les autres fonctions financières 13 %, et les autres fonctions 8 %.

L’échantillon est très équilibré en ce qui concerne les tailles des entreprises : 20 % ont moins de 50 personnes, 24 % ont entre 50 et 200 personnes, 18 % entre 200 et 500, 15 % entre 500 et 1000, 15 % entre 1000 et 5000, et 8 % plus de 5000 personnes.

Les régions les plus représentées sont l’Ile-de-France (22 %), l’Occitanie (13 %), le Pays de la Loire (12 %), Auvergne-Rhône-Alpes (10 %), les Hauts-de-France (10 %) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (10 %).

 

Cet article a été publié dans le numéro 353 (octobre 2017) de la revue finance&gestion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *