Yann Le Fur

Yann Le Fur

Auteur du Vernimmen, Senior Banker chez Natixis, Professeur affilié à HEC

Les tribulations de General Electric ou l’éternel recommencement des conglomérats

Les tribulations de General Electric ou l’éternel recommencement des conglomérats

Il y a une quinzaine d’années, nos étudiants étaient pour la plupart fascinés par General Electric, très désireux de rejoindre le groupe, réputé pour son programme de formation des jeunes diplômés avec 4 séjours de 6 mois dans 4 divisions différentes et dans 4 pays différents. General Electric était alors la première capitalisation boursière mondiale (environ 400 Md$), la dette du groupe était notée AAA et Jack Welch, son patron récemment retraité, était une légende vivante. Aujourd’hui, c’est une toute autre histoire. L’action s’est fait expulser de l’indice Dow Jones industriel dont elle faisait partie depuis l’origine, la notation de…

Lire la suite

Les capitaux propres en valeur et en montant comptable au sein du CAC 40

Les capitaux propres en valeur et en montant comptable au sein du CAC 40

Établi grâce aux données que publie EY dans son profil annuel des groupes du CAC 40, le graphique suivant met en rapport la valeur des capitaux propres avec leur montant comptable.   La progression des capitaux propres est inférieure à la celle des capitalisations boursières On remarque que, de 2006 à 2017, la progression du montant comptable des capitaux propres, 343 Md€, qui correspondent aux résultats nets réinvestis sous déduction des dividendes et des rachats d’actions et majorés des augmentations de capital, est inférieure à la progression des capitalisations boursières cumulées, 263 Md€. Ce qui veut dire que, d’un point de vue strictement…

Lire la suite

Le rôle crucial des relations personnelles dans les contrats de prêts

Le rôle crucial des relations personnelles dans les contrats de prêts

Avec la collaboration de Simon Gueguen, enseignant-chercheur à l’Université de Cergy-Pontoise.   Comme toute relation contractuelle de long terme, un contrat de prêt se caractérise généralement par des asymétries d’information. À conditions équivalentes, les prêteurs et les emprunteurs préfèrent contracter avec des contreparties qu’ils connaissent. Cette idée est bien connue et a été souvent testée. L’article que nous présentons ce mois[1] va cependant plus loin, en proposant notamment de distinguer relations personnelles et relations institutionnelles, et en faisant apparaître des effets économiques très significatifs de ces relations sur le financement et l’investissement. Nous avions présenté dans cette chronique il y…

Lire la suite

Qu’est-ce que les synergies financières ?

Qu’est-ce que les synergies financières ?

Un mythe. Pour nous c’est comme Jupiter ou Danaé : une belle histoire, mais rien de réel. Illustrons d’abord ce qu’elles sont censées être. Si votre coût du capital est de 10 % et que vous acquérez une société dans un autre métier avec un coût du capital de 8 % (par souci de simplicité d’une taille similaire), le coût global du capital du nouveau groupe ne sera pas inférieur à 9 % (moyenne de 10 % et 8 %) car les actionnaires ne rémunèrent pas une réduction du risque spécifique. En effet, ils peuvent l’éliminer par la diversification de leur portefeuille, sans coût pour eux.…

Lire la suite

Le rôle crucial des relations personnelles dans les contrats de prêts

Le rôle crucial des relations personnelles dans les contrats de prêts

Avec la collaboration de Simon Gueguen, enseignant-chercheur à l’Université de Cergy-Pontoise.   Comme toute relation contractuelle de long terme, un contrat de prêt se caractérise généralement par des asymétries d’information. À conditions équivalentes, les prêteurs et les emprunteurs préfèrent contracter avec des contreparties qu’ils connaissent. Cette idée est bien connue et a été souvent testée. L’article que nous présentons ce mois[1] va cependant plus loin, en proposant notamment de distinguer relations personnelles et relations institutionnelles, et en faisant apparaître des effets économiques très significatifs de ces relations sur le financement et l’investissement. Nous avions présenté dans cette chronique il y…

Lire la suite

De nouveaux investisseurs en capitaux propres sur le marché du LBO

De nouveaux investisseurs en capitaux propres sur le marché du LBO

2017 a vu apparaître, aux premiers rangs des acteurs en capitaux propres de LBO, en particulier sur le créneau 500 – 2 000 M€ de valeur d’actif économique, de nouveaux investisseurs, des fonds d’investissement de long terme, soit d’origine étrangère, principalement canadiens (Caisse des Dépôts et des Placements du Québec – CDPQ, Omers PE, PSP, OntarioTeachers’) ou asiatiques (Fosun, Temasek, Citic Capital) ou émanation des grandes familles industrielles françaises (Bettancourt-Meyers, Dentressangle, Peugeot). Leur caractère de long terme vient du fait qu’ils ne doivent pas assurer une liquidité à leurs investisseurs au bout d’une durée maximum de dix ans comme les fonds de…

Lire la suite

Les taux d’impôt sur les sociétés dans le monde

Les taux d’impôt sur les sociétés dans le monde

Le taux d’impôt moyen sur les sociétés dans le monde ressort à 24 %, soit un niveau stable depuis 2013 : Source KPMG   En 2018, les taux d’impôt sur les sociétés ont baissé dans les pays où ils étaient haut : Belgique, États-Unis, et Japon. Ces taux sont utiles pour calculer l’impôt sur les sociétés à payer sur les bénéfices avant impôt, pour calculer les flux de trésorerie disponibles ou le coût du capital et pour produire des plans d’affaires. Mais ils ne peuvent être comparés d’un pays à l’autre pour apprécier la charge fiscale supportée par les entreprises.…

Lire la suite

Qu’est-ce que les synergies financières ?

Qu’est-ce que les synergies financières ?

Un mythe. Pour nous c’est comme Jupiter ou Danaé : une belle histoire, mais rien de réel. Illustrons d’abord ce qu’elles sont censées être. Si votre coût du capital est de 10 % et que vous acquérez une société dans un autre métier avec un coût du capital de 8 % (par souci de simplicité d’une taille similaire), le coût global du capital du nouveau groupe ne sera pas inférieur à 9 % (moyenne de 10 % et 8 %) car les actionnaires ne rémunèrent pas une réduction du risque spécifique. En effet, ils peuvent l’éliminer par la diversification de leur portefeuille, sans coût pour eux.…

Lire la suite

2008-2018-2028, 10 ans de crise et après ? (2/2)

2008-2018-2028, 10 ans de crise et après ? (2/2)

L’Association Française des Trésoriers d’Entreprise (AFTE) nous ayant demandé de faire une conférence lors de ses journées de novembre dernier consacrées à : 2007-2017-2027, 10 ans de crises, et après ? En voici la seconde partie de la retranscription[1] qui a commencé avec La Lettre Vernimmen.net de février 2018[2].   5/Le système financier Il se caractérise par des banques moins rentables, mais nettement plus solvables et donc nettement moins risquées qu’il y a 10 ans. Faut-il rappeler qu’en 2007, la banque d’Angleterre autorisait RBS à acquérir ABN Amro avec 2 % de capitaux propres durs. ? La suite de l’histoire est bien connue : pour éviter…

Lire la suite

Le capital humain, facteur clé du financement des startups

Le capital humain, facteur clé du financement des startups

Avec la collaboration de Simon Gueguen, Maître de Conférences à l’Université de Cergy-Pontoise   Les asymétries d’information inhérentes au financement des entreprises sont particulièrement fortes dans le cas des start-ups. Ces dernières sont souvent caractérisées par des perspectives difficiles à évaluer et une faible proportion d’actifs corporels. Dans ces conditions, quels sont les critères utilisés par les investisseurs pour choisir les start-ups à financer ? L’article que nous présentons ce mois[1] apporte de nouveaux éléments de réponse. Les caractéristiques des start-ups à partir desquelles les investisseurs prennent leurs décisions peuvent être regroupées en trois grands critères : la qualité des fondateurs de…

Lire la suite