Thomas Bouvet

Thomas Bouvet

Directeur de division à l'AMF

Options et finance d’entreprise – 2ème épisode : Pourquoi la valeur des fonds propres d’une société n’augmente-t-elle pas mécaniquement du montant généré par une augmentation de capital ?

Nous avons expliqué dans l’épisode précédent que le passif du bilan pouvait être caractérisé sous la forme d’une option d’achat pour les fonds propres et d’une option de vente s’agissant du risque porté par la dette. Les fonds propres sont égaux à une option d’achat sur les actifs de la société d’échéance celle de la dette et de prix d’exercice la valeur de remboursement de la dette. La dette est égale à la valeur actuelle au taux sans risque de la valeur de remboursement diminuée d’une option de vente sur les actifs de la société d’échéance celle de la dette…

Lire la suite

Options et finance d’entreprise – 1er épisode : Présentation du bilan par le prisme des options

La théorie des options apporte une aide précieuse en finance d’entreprise ; pas seulement parce que les options font partie intégrante de produits de financement, mais aussi parce que les éléments du passif financier de l’entreprise, que ce soit les actions ou les dettes financières, se comportent comme des options. Au travers de deux épisodes, extraits de l’ouvrage « Options et finance d’entreprise »[1] que nous venons de publier, nous vous proposons quelques éléments de lecture du bilan par le prisme des options. Les ressources d’une entreprise peuvent être lues par le prisme des options. Cet angle de vue facilite la compréhension d’éléments…

Lire la suite

Options et finance d’entreprise

Les financiers font bien souvent la distinction entre « finance de marché » et « finance d’entreprise ». D’un côté, les traders d’actions, de produits dérivés, la folie des salles de marché, de l’autre, le monde feutré des banques d’affaires et le monde laborieux des directeurs financiers, des comptables, des auditeurs, des capital investisseurs et des banques commerciales… Du point de vue de la finance d’entreprise, la structure financière de l’entreprise est généralement présentée comme une combinaison de capitaux propres et d’endettement financier. Dans ce cadre, les grandes décisions qui touchent à la structure financière font l’objet de nombreuses théories qui sont aujourd’hui bien connues :…

Lire la suite

Emissions de produits dérivés : rien ne se perd, rien ne se crée…

Non, émettre des BSA n’est pas neutre pour le patrimoine des actionnaires, même si le prix d’exercice du BSA est supérieur au cours de l’action. Il n’y a pas de création de richesse, ni destruction ; mais un possible transfert des actionnaires vers les souscripteurs de BSA, ou l’inverse, si le BSA est mal “pricé”. Dans un post précédent, j’expliquais pourquoi l’Offre Publique d’Echange visant des BSAAR Bonduelle était préjudiciable pour les actionnaires compte tenu d’une parité de l’offre qui ne compensait pas correctement pour les actionnaires les effets des modifications des paramètres des BSAAR. Parmi les réactions que j’ai reçues, plusieurs soutenaient…

Lire la suite

Quand une mauvaise évaluation comptable influe sur la gestion : l’exemple des stocks options

Avec les IFRS, le comptable se fait évaluateur. L’objectif visé est de donner une meilleure image à un instant donné du bilan d’une société. Pourquoi pas ? Sous réserve d’une certaine homogénéité entre sociétés d’un même secteur et d’une continuité des méthodes utilisées au fil des années. Mais sous réserve surtout que les méthodes utilisées soient correctes ! Le traitement en IFRS des stock options et plus largement des paiements aux salariés fondés sur des actions(IFRS 2) surévalue ces produits et du coup perturbe l’utilisation de ces outils de rémunération ou de motivation.   Il ne s’agit pas de demander…

Lire la suite

Leçon sur l’évaluation des options

L’objet de l’histoire qui va suivre est de donner une approche sur la valeur optionnelle et sur l’arbitrage. Cette leçon apporte des éléments d’explication à vocation pédagogique sur l’utilité et l’évaluation des options d’achat et des options de vente. Elle fournit également quelques éclairages sur l’apport de ces produits financiers pour supprimer l’aléa dans un univers incertain.

Lire la suite

Plus le cours de l’action est bas, plus la valeur comptable des fonds propres est élevée… Quand les IFRS marchent sur la tête ou « Au secours les Shadoks reviennent »

Nous avons dans un texte récent moqué la possibilité pour les entreprises dont les propres dettes étaient dépréciées de créer, grâce aux IFRS, de la valeur… comptable. L’application des normes IFRS pour la comptabilisation d’ORNANE1 (obligations à option de remboursement en numéraire et/ou en actions nouvelles et/ou existantes) par des émetteurs de cet outil de financement est un bel exemple d’une mauvaise appréhension par les normes ou ceux qui les interprètent de la valeur d’un produit financier, certes un peu sophistiqué. L’impact qui découle de ce mode de comptabilisation aurait dû interpeler les comptables au regard des conséquences de cette…

Lire la suite

La dépréciation de ses propres dettes ne crée pas de valeur, sauf pour les comptables…

La comptabilisation en juste valeur de sa propre dette est une option offerte par les IFRS que les banques françaises, notamment, utilisent volontiers en ce moment. Contre tout bon sens et loin de toute réalité économique, cette pratique permet d’extérioriser des résultats et de créer des fonds propres virtuels. Il ne s’agit pas ici de critiquer l’utilisation de la juste valeur en comptabilité, mais de démontrer que son utilisation partielle peut mener à des conclusions erronées. Ce n’est seulement que dans l’hypothèse théorique où tous les actifs et les passifs seraient comptabilisés et évalués de manière homogène, qu’une telle prise…

Lire la suite

La fin des stock options ? Pour en finir avec la confusion entre rémunération et association

Jean-Paul Agon, Président de L’Oréal vient à son tour de tirer sur les stock options en déclarant dans le Journal du Dimanche du 19 février que « les stock options polluent le débat » sur la rémunération. S’il est drôle que ce soit souvent de grands bénéficiaires de cet outil qui le fustigent, il y a près de vingt ans un Premier Ministre de cohabitation, aujourd’hui un patron d’une société du CAC 40, il n’en est pas moins intéressant de chercher à comprendre pourquoi les stock options sont, année après année, la cible de fortes critiques. Les stock options mélangent…

Lire la suite

Pourquoi une option n’a pas la même valeur selon qu’elle porte sur une entreprise cotée ou non cotée

Attention aux apparences ! Une option d’achat sur une société cotée est un produit qui bénéficie d’un statut financier très différent d’une option d’achat sur une société non cotée. Certes il s’agit dans les deux cas d’un produit financier de même nature juridique : le droit d’acquérir, pendant une période donnée, à un prix donné, un nombre donné d’action(s) d’une société. Mais le fait que les actions d’une société soient librement et facilement cessibles change totalement la donne pour son propriétaire. Depuis les travaux de Black & Scholes en 1973, la valeur d’une option d’une société cotée peut être estimée…

Lire la suite