Nicole Rueff

Nicole Rueff

Directeur de mission, Savoir-Faire & Cie et membre du Comité éditorial de finance&gestion

Les entreprises doivent regarder leurs plans de retraite !

Les plans de retraite entreprise à prestations définies (assurant par exemple une pension égale à x pour cent des derniers salaires de l’employé) sont en voie de régression aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne sous les coups de boutoir de la « valeur actionnariale ». Ford et General Motors donnent l’exemple de ce mouvement de retrait. En effet, le risque actuariel (celui de la valeur future – inconnue – de la prestation à verser) est à la charge de l’actionnaire, alors qu’un système à cotisations définies assure que le salarié ne touchera que ce qu’il a cotisé, transférant ce risque de…

Lire la suite

IFRS et Coran

Prenez une opération de location, associez-y un engagement du bailleur de transférer la propriété de l’actif au terme de la location, de quoi peut-il bien s’agir ? D’un crédit-bail, allez-vous dire ? Vous n’y êtes pas, c’est un ijara Muntahia Bittamleek, une déclinaison de l’un des cinq instruments de base de la finance islamique.   Et cette opération où un établissement financier achète une maison pour simultanément la revendre à un aspirant propriétaire, à un prix majoré, payable sur 20 ans, ne vous fait-elle pas penser à un prêt immobilier ? Ciel, non ! Il s’agit d’un murabaha, qui respecte les principes…

Lire la suite

Les entreprises doivent regarder leurs plans de retraite !

Les plans de retraite entreprise à prestations définies (assurant par exemple une pension égale à x pour cent des derniers salaires de l’employé) sont en voie de régression aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne sous les coups de boutoir de la « valeur actionnariale ». Ford et General Motors donnent l’exemple de ce mouvement de retrait. En effet, le risque actuariel (celui de la valeur future – inconnue – de la prestation à verser) est à la charge de l’actionnaire, alors qu’un système à cotisations définies assure que le salarié ne touchera que ce qu’il a cotisé, transférant ce risque de…

Lire la suite

Le chiffre d’affaires en IFRS, tout simplement

Lorsqu’un acteur de la grande distribution promet à tout acheteur d’un téléviseur le remboursement intégral de sa dépense si l’équipe de France remporte la coupe du monde de football, comment doit-il – à votre avis – comptabiliser les ventes effectuées dans la période couverte par la promotion ? 1. Il enregistre un produit correspondant aux ventes et fait mention d’un passif éventuel en note annexe 2. Il enregistre un produit correspondant aux ventes et, après étude des performances des Bleus depuis 1998, constitue une provision statistique pour les remboursements probables 3. Il enregistre un produit correspondant aux ventes et, après…

Lire la suite

IFRS et Coran

Prenez une opération de location, associez-y un engagement du bailleur de transférer la propriété de l’actif au terme de la location, de quoi peut-il bien s’agir ? D’un crédit-bail, allez-vous dire ? Vous n’y êtes pas, c’est un ijara Muntahia Bittamleek, une déclinaison de l’un des cinq instruments de base de la finance islamique. Et cette opération où un établissement financier achète une maison pour simultanément la revendre à un aspirant propriétaire, à un prix majoré, payable sur 20 ans, ne vous fait-elle pas penser à un prêt immobilier ? Ciel, non ! Il s’agit d’un murabaha, qui respecte les principes…

Lire la suite

Révolution en vue pour les contrats de location ? Relativisons.

1973, le premier micro-ordinateur est né : le Micral, conçu par François Gernelle, qui fonctionne sur une fréquence d’horloge de 0,5 Mhz et est équipé d’un processeur disposant de 51 instructions. 1973, c’est aussi l’année où le FASB1 lance un groupe de travail sur la comptabilisation et l’évaluation des contrats de location ; trois ans plus tard, la norme FAS 13 est adoptée et les locations financements se préparent à faire leur entrée dans le bilan des entreprises américaines. Quelques années après, l’IASC2 s’attaque à son tour au sujet ; s’inspirant des réflexions du FASB, il impose l’inscription au bilan…

Lire la suite

A chacun son G20 ? (2/2)

Provisionnement dynamique Les banques françaises négligent le fait qu’une partie de la réponse au problème soulevé existe déjà dans IAS 39, à tout le moins dans son principe : c’est le provisionnement collectif de portefeuille de crédits sains. Il permet de refléter dans les comptes la perte probable, encourue sur un actif détenu, mais non encore révélée par des signes manifestes de défaillance. Bien pensé et mis en œuvre, le provisionnement remplit la fonction que la FBF assigne au provisionnement forfaitaire ex-ante mais à la différence de ce dernier, il est fondé sur des bases conceptuellement saines. En conformité avec…

Lire la suite

A chacun son G20 ? (1/2)

Pour des raisons qui ne peuvent être, en période de crise, d’ordre concurrentiel, les membres anglo-saxons du G20 semblent vouloir faire passer les questions de régulation au second ordre, derrière les mesures de restauration de la confiance et de la croissance. En quelque sorte, « les problèmes sont là, nous les avons mal traités en 2008, gardons nous de renouveler les mêmes erreurs, différencions l’approche, et traitons des solutions pour retrouver la croissance. Si tout se passe bien, rien ne change, si le marasme s’approfondit, il nous restera l’os de la régulation à ronger lors d’un troisième G20. ». Cette…

Lire la suite

Revenue Recognition : Une refondation de la comptabilisation du chiffre d’affaires

Le FASB et l’IASB travaillent de concert sur une nouvelle norme de comptabilisation du chiffre d’affaires, en remplacement des textes actuels aussi bien dans le référentiel international qu’en US GAAP. Le projet a franchi une nouvelle étape le 24 juin dernier, lorsque les deux normalisateurs ont publié l’exposé-sondage de la future norme et invité à le commenter.   Les principales dispositions Le texte vise tous les secteurs d’activité et s’applique à tous les contrats conclus avec un client, à l’exception des locations, des instruments financiers et des contrats d’assurance émis. Qu’il s’agisse de ventes de biens, de prestations de services…

Lire la suite

Le chiffre d’affaires en IFRS, tout simplement

Lorsqu’un acteur de la grande distribution promet à tout acheteur d’un téléviseur le remboursement intégral de sa dépense si l’équipe de France remporte la coupe du monde de football, comment doit-il – à votre avis – comptabiliser les ventes effectuées dans la période couverte par la promotion ? 1. Il enregistre un produit correspondant aux ventes et fait mention d’un passif éventuel en note annexe 2. Il enregistre un produit correspondant aux ventes et, après étude des performances des Bleus depuis 1998, constitue une provision statistique pour les remboursements probables 3. Il enregistre un produit correspondant aux ventes et, après…

Lire la suite