François Meunier

François Meunier

Co-Président du Comité éditorial, Économiste – Conseil en corporate finance

Fin de mois ou fin du monde ? Quelle orientation pour les politiques écologiques ?

Fin de mois ou fin du monde ? Quelle orientation pour les politiques écologiques ?

Le conflit des gilets jaunes, dans sa phase initiale du moins, mettait sur la table le dilemme : la réduction du contenu carbone de l’économie, utile et même indispensable pour la planète, se fait-elle principalement sur le dos des bas-revenus, au risque de provoquer un retour de manivelle ? On signale une longue mais passionnante étude (en anglais) que vient de faire paraître Bruegel, le think-tank bruxellois : « Les effets redistributifs des politiques pour le climat ». Les économistes en charge du rapport signalent les trois façons[1] dont une politique « verte » peut être régressive, c’est-à-dire affecter davantage en proportion les bas-revenus que les hauts-revenus :…

Lire la suite

Une meilleure coalition des vivants

Une meilleure coalition des vivants

L’optimisme sur notre époque reste une option valide. Versatile, la « coalition des vivants » peut tout autant lui donner ses chances que la condamner.   Une histoire reste largement à écrire, celle de la vision du futur qu’ont eue les hommes au cours des âges. Un sujet difficile, la vision du futur – et de quel futur, éloigné ou proche ? – s’entremêlant souvent avec le sentiment de bien-être, de sécurité ou de l’optimisme face à la vie. Dans « La coalition des vivants », Daniel Innerarity défend l’idée que l’époque serait saisie de myopie et d’irresponsabilité dans ses choix et dans son horizon…

Lire la suite

Une gouvernance modernisée pour les grands cabinets d’audit

Une gouvernance modernisée pour les grands cabinets d’audit

Et s’il fallait changer la structure actionnariale des grands cabinets d’audit ? La question se pose à présent que les Big Four (Deloitte, KPMG, PwC et EY) sont frappés par une nouvelle crise de confiance, à la suite des récents scandales Carillion, General Electric et Colonial Bank au Royaume-Uni et aux États-Unis. À nouveau des audits déficients, des auditeurs négligents ou aux ordres, alors qu’on croyait la chose révolue. Le Financial Times lance une série d’articles appelant à une réforme profonde du monde de l’audit. Il relève justement que les nouvelles normes comptables, dont IFRS en Europe, en soi un net…

Lire la suite

L’EBITDA pour les nuls

L’EBITDA pour les nuls

L’EBITDA, voici une notion venue à l’origine du monde américain du LBO (rachat d’entreprise avec effet de levier), mais que les émetteurs du monde entier utilisent de plus en plus dans leur communication financière. Que recouvre-t-elle ? Pourquoi est-elle tant utilisée ? Quelles sont ses limites ? L’acronyme se lit : Earnings Before Interest Tax, Depreciation and Amortization. En français et en remontant le compte de revenus : résultat net, avant frais financiers, avant impôts et taxes et avant charges d’amortissement des actifs corporels (Depreciation) et incorporels (Amortization). Pour le dire plus simplement, l’EBITDA, c’est en français notre bon vieil excédent brut d’exploitation ou…

Lire la suite

Al Capone et l’art de la régulation

Al Capone et l’art de la régulation

On ne va pas nier ici qu’Al Capone était un gars enclin à la violence. Moins peut-être d’ailleurs qu’on a voulu le croire. On se rappelle la scène frappante, c’est le cas de dire, du film Les Incorruptibles avec Kevin Kostner où Al Capone fracasse à coup de batte de baseball la nuque de deux de ses affidés lors d’un grand dîner autour d’une table ronde. C’est pure menterie. Elle ressort d’une biographie écrite 40 ans après les faits par un auteur en mal d’inspiration. On s’étonnerait sinon que les heureux invités d’un si mémorable dîner ne se soient pas…

Lire la suite

La baisse de l’IS enrichit-elle l’actionnaire ? (2) En économie ouverte

La baisse de l’IS enrichit-elle l’actionnaire ? (2) En économie ouverte

On a vu dans un premier billet de Vox-Fi en date du 2 octobre que l’IS n’était pas un si mauvais impôt (à supposer qu’il y ait de « bons impôts »). À vrai dire, qu’il ne modifiait que marginalement les décisions d’investissement, le rendement des actionnaires et l’équilibre économique. Les grands pays ont bien vécu avec des taux d’IS de l’ordre de 50% pendant les quatre décennies qui a suivi la guerre, sans que les actionnaires en meurent pour autant. Mais ceci valait avec une très forte condition : une économie raisonnablement fermée aux flux de capitaux et aux échanges de biens…

Lire la suite

La loi Pacte et l’objet social de l’entreprise

La loi Pacte et l’objet social de l’entreprise

La définition juridique de l’entreprise organisée sous forme de société, en France, tient dans deux petits articles du Code Civil, quasiment intouchés depuis 1804: Article 1832 : La société est instituée par deux ou plusieurs personnes qui conviennent par un contrat d’affecter à une entreprise commune des biens ou leur industrie en vue de partager le bénéfice ou de profiter de l’économie qui pourra en résulter. (…) Article 1833 : Toute société doit avoir un objet licite et être constituée dans l’intérêt commun des associés. « Est instituée… en vue de » : n’y a-t-il pas dans cette rédaction une position trop tranchée ?…

Lire la suite

Le système chilien de retraites et ce qu’il enseigne sur une possible réforme française

Le système chilien de retraites et ce qu’il enseigne sur une possible réforme française

En matière de politique économique, on cherche toujours des expériences pures, celles dont il est relativement facile de tirer des conclusions. C’est le cas du Chili, qui a organisé la couverture du risque vieillesse en recourant quasi exclusivement à un système de capitalisation à cotisations définies. La plupart des autres pays ont des solutions mixtes, mélangeant différents types de couverture. La France organise l’essentiel de son système autour d’un régime de répartition à prestations définies, ce qui est le cas polaire du chilien. Le système chilien a une origine historique précise, à savoir sa complète désorganisation qui prévalait avant sa…

Lire la suite

La baisse de l’IS enrichit-elle l’actionnaire ? (1) En économie fermée

La baisse de l’IS enrichit-elle l’actionnaire ? (1) En économie fermée

La baisse de l’impôt sur les sociétés (IS) semble suivre un cours irréversible. Partout dans le monde, les taux apparents baissent. Si cette baisse a été pendant longtemps contrecarrée par l’élargissement de la base imposable et par montée des profits en proportion du revenu national au détriment des salaires, c’est désormais le montant d’impôt qui chute. Par exemple, suite à la baisse du taux d’IS de 35% à 21% à niveau fédéral décidée par la réforme Trump,  les premières indications semblent montrer une franche baisse de la collecte de l’IS aux États-Unis. Source : Frank Losy (2018). Question : où va l’argent qui…

Lire la suite

Ce que l’avion révèle du sens de la justice dans nos sociétés

Ce que l’avion révèle du sens de la justice dans nos sociétés

Le sentiment d’injustice est d’autant plus fort que celle-ci se commet devant nous. Loin des yeux, loin du cœur, dit-on, mais aussi loin de l’indignation. L’inégalité de sort choque d’autant plus que les conditions de départ sont proches. Supposons qu’un avion de ligne soit un microcosme de nos sociétés. Il n’étonnerait pas alors que la place plus ou moins bonne dans l’avion (représentant en quelque sorte le statut et position sociale) puisse susciter du ressentiment et des sentiments d’injustice. C’est l’hypothèse dont sont partis deux chercheurs nord-américains, Katherine DeCelles et Michael Norton, et qui les a poussés à exploiter une…

Lire la suite