François Meunier

François Meunier

Co-Président du Comité éditorial, Économiste – Conseil en corporate finance

Quel impôt sur les sociétés dans une économie mondialisée ?

Quel impôt sur les sociétés dans une économie mondialisée ?

L’ouverture des frontières et les facilités à transférer les profits d’un pays à l’autre ont très profondément abîmé l’impôt sur les sociétés (IS). La perte fiscale des États est énorme : le FMI cite, dans un récent rapport sur le sujet, une étude qui chiffre à 450 Md$ les pertes au niveau mondial, soit près de 1% du PIB. Pour la France, 1% également, soit 21 Md€. À elle seule, la société Apple devrait acquitter entre 4 à 5 Md€ de plus d’impôt à l’ensemble des pays européens si elle s’en tenait au taux moyen de 22% qui prévaut dans l’Union[1].…

Lire la suite

Lecture du livre de Jacques Mistral – La science de la richesse

Lecture du livre de Jacques Mistral – La science de la richesse

Il faut une bonne dose de muscle, d’aplomb et de culture pour entreprendre un livre économique d’une telle envergure : « La science de la richesse. Essai sur la construction de la pensée économique », Gallimard, 2019. Le résultat est là : voici un ouvrage désormais incontournable dans le domaine, large, de la genèse des idées économiques. Il est lumineusement écrit, avec le respect des deux règles de base pour celui qui se risque à écrire en histoire des sciences : montrer la problématique de l’auteur en relation avec son temps ; tout en posant le regard moderne et critique sur ce qui est énoncé…

Lire la suite

Augmentation générale des salaires ou augmentation individuelle ?

Augmentation générale des salaires ou augmentation individuelle ?

Tous les DRH ont déjà été confrontés à ce problème : faut-il privilégier des augmentations générales (AGdans le jargon, par lesquelles les salaires de tous progressent d’un pourcentage commun) ou des augmentations individuelles (AI) ? Les rôles sont ancrés depuis longtemps dans la culture sociale de la France : les représentants du personnel, suivant une constante demande syndicale, réclament des AG ; le management, lui, préfère des AI. Une sorte de point médian est le plus souvent atteint, mais la tendance est clairement, depuis vingt ans, à un accroissement de l’individualisation (et concomitamment de la progression du système des salaires…

Lire la suite

Pour des KPI plus intelligents

Pour des KPI plus intelligents

On parle tous les jours d’intelligence artificielle (IA) et de big data, mais ces techniques, communes déjà dans certaines directions marketing, n’ont pas encore vraiment poussé la porte des directions financières. Pourtant, c’est massivement désormais que les données y affluent. On le voit pour les données internes à l’entreprise : celles par exemple qui sont produites par les logiciels gérant la production remontent à présent directement dans les systèmes comptables ou de contrôle de gestion, et les ruptures de charge sont progressivement supprimées par l’automatisation. Les données externes à l’entreprise, venant des clients, des fournisseurs, des salariés, du fisc, du régulateur,…

Lire la suite

Libre propos : Oublier la grand-mère latine

Libre propos : Oublier la grand-mère latine

Goethe disait fameusement : « Ceux qui ne connaissent pas de langues étrangères ne savent rien de leur propre langue. » Sans doute, mais il faut préciser dans le cas du français : ce qui importe absolument pour savoir et maîtriser cette langue, en connaître les racines et la formation des mots, c’est de savoir une autre langue latine, espagnol, italien ou portugais, qu’importe, et peut-être même le roumain. Mais surtout pas le latin. Je m’explique. Il y a en effet une vaste escroquerie intellectuelle, transmise de génération en génération de professeurs des écoles, selon laquelle les langues latines descendraient du latin. C’est faux !…

Lire la suite

L’autonomie ne peut pas tout. Lecture du livre de Nicolas Bouzou et Julia de Funès

L’autonomie ne peut pas tout. Lecture du livre de Nicolas Bouzou et Julia de Funès

On n’a pas à recommander le livre de Bouzou et de Funès sur le management des entreprises (« La comédie (in)humaine – Comment les entreprises font fuir les meilleurs », L’Observatoire, 2018), le succès de librairie s’en charge déjà à merveille. Il bat des records de vente pour un ouvrage de cette nature. On n’est pas surpris. D’abord, il se lit bien, dans une prose limpide et vigoureuse. L’attelage d’une philosophe, de Funès, et de l’économiste-essayiste qu’est Bouzou fonctionne bien, même si les citations de haute culture essoufflent parfois. Les idées sont bien frappées. C’est un hymne à l’entreprise et à l’individu,…

Lire la suite

Faut-il se soucier de la dette publique ?

Faut-il se soucier de la dette publique ?

Le poids croissant de la dette publique dans le PIB est un sujet d’inquiétude et nourrit fortement les débats politiques. C’est le cas en France où le ratio dette publique sur PIB atteint pratiquement les 100%. Mais aussi aux États-Unis où ce ratio, selon les estimations du Congrès va rejoindre un niveau de 105% dans les dix ans suite à la réforme fiscale de Trump votée en 2017. La dette va devenir incontrôlable, les générations futures nous reprocheront amèrement notre prodigalité. Sauf que… Il est rare qu’une intervention d’économiste suscite autant de réactions que celle que fit Olivier Blanchard, un…

Lire la suite

L’EBITDA pour les nuls

L’EBITDA pour les nuls

L’EBITDA, voici une notion venue à l’origine du monde américain du LBO (rachat d’entreprise avec effet de levier), mais que les émetteurs du monde entier utilisent de plus en plus dans leur communication financière. Que recouvre-t-elle ? Pourquoi est-elle tant utilisée ? Quelles sont ses limites ? L’acronyme se lit : Earnings Before Interest Tax, Depreciation and Amortization. En français et en remontant le compte de revenus : résultat net, avant frais financiers, avant impôts et taxes et avant charges d’amortissement des actifs corporels (Depreciation) et incorporels (Amortization). Pour le dire plus simplement, l’EBITDA, c’est en français notre bon vieil excédent brut d’exploitation ou EBE,…

Lire la suite

Le SMIC et l’emploi. Hommage à Alan Krueger

Le SMIC et l’emploi. Hommage à Alan Krueger

  Alan Krueger, récemment disparu par suicide, restera comme un immense économiste. Sa notoriété dépasse aux États-Unis les seuls milieux académiques en raison de ses hautes responsabilités au Ministère du travail puis comme président du Conseil d’analyse économique du temps d’Obama, dans une carrière qui alternait postes opérationnels et postes universitaires. Pour les gens qui comme moi ont été allaités par Bob Dylan et les Rolling Stones, il a écrit, en association avec Marie Connolly, un formidable article sur la pop music, « Rockonomics », qui vient de paraître sous forme de livre. Mais ce qui l’a rendu unanimement célèbre est un…

Lire la suite

Al Capone et l’art de la régulation

Al Capone et l’art de la régulation

On ne va pas nier ici qu’Al Capone était un gars enclin à la violence. Moins peut-être d’ailleurs qu’on a voulu le croire. On se rappelle la scène frappante, c’est le cas de dire, du film Les Incorruptibles avec Kevin Kostner où Al Capone fracasse à coup de batte de baseball la nuque de deux de ses affidés lors d’un grand dîner autour d’une table ronde. C’est pure menterie. Elle ressort d’une biographie écrite 40 ans après les faits par un auteur en mal d’inspiration. On s’étonnerait sinon que les heureux invités d’un si mémorable dîner ne se soient pas épanchés dans…

Lire la suite