Leon WALBLUM

Du prix des ordinateurs à la stagnation séculaire

Cette semaine, deux graphiques pour le prix d’un. Et en bonus (ou peut-être en malus !), un commentaire un peu plus long que d’habitude. Les deux sont extraits d’une longue étude faite en 2013 par deux universitaires de Chicago. Le premier fait figurer la variation sur longue période du prix des biens qui composent l’investissement (selon trois approches, mais c’est secondaire pour notre propos, les courbes étant les mêmes). On note la chute en piqué depuis la décennie 1980. On l’attribue généralement à l’introduction de l’informatique, matériel et logiciel, et au choc sismique que la baisse continuelle des prix provoque dans…

Lire la suite

Professions réglementées : c’est pire aux États-Unis

« Toute profession réglementée est une conspiration contre le bon peuple » a dit George Bernard Shaw [1]. C’est pourquoi le gouvernement français souhaite mettre un peu d’ordre dans ces statuts professionnels, qui usent et parfois abusent de leur protection pour sur-tarifer les bonnes gens et restreindre la quantité des services offerts. Tout cela au nom de la protection du consommateur, bien-sûr. Un rapport de l’Inspection générale des finances habilement diffusé par l’ancien ministre Arnaud Montebourg a mis le sujet sur la table, à Emmanuel Macron désormais d’officier. Bonne chance ! C’est un mal qui dépasse la France. Pire, c’est un mal qui…

Lire la suite

À nouveau sur la neutralité du net

Barack Obama prend position violemment en faveur de la neutralité du net. Il presse l’autorité de régulation aux États-Unis de bannir ce qu’on appelle en langage internet la « voie rapide » et de requalifier en service public les communications internet. Le nouveau Congrès républicain va en sens inverse. C’est un débat politique central aux États-Unis, mais bizarrement complètement absent de la scène française. Heureusement, chers lecteurs, que vous avez Vox-Fi pour vous en informer. Le site a présenté dans ses colonnes le pour en faveur de la neutralité (lire ici) et le contre (lire là). Pour résumer, de quoi s’agit-il ? La…

Lire la suite

Luxleaks : un scandale fiscal au Luxembourg

Quittant Paris, à moins de 400 km par un TGV dont le coût a été intégralement payé par la France, vous êtes au Luxembourg, un État parmi les six qui ont fondé l’Union européenne. Mais un État qui suce la matière fiscale de ses voisins. À une échelle industrielle. Pour les lecteurs un peu avertis en finance, c’est-à-dire les lecteurs de Vox-Fi, voici comment. Les papiers dérobés à PricewaterhouseCoopers (PwC) rendent les schémas fiscaux complètement lumineux. Aussi incroyable que cela paraisse, beaucoup de ces schémas reposent tout simplement sur des prêts intra-groupes, une pratique vieille comme le monde mais qui…

Lire la suite

Écotaxe et bêtise autoroutière

Après coûteuses pantalonnades, le gouvernement abandonne l’écotaxe. Et les écologistes, aujourd’hui sous l’envoûtement de Ségolène Royal qui leur fait miroiter les enjeux autrement importants de la loi sur la transition écologique, laissent faire. La taxe sur les transporteurs routiers est une loi qui recevait au moment de son adoption (2009) un consensus général, trop rare pour ne pas être noté. On voulait légitimement réduire l’usage des routes nationales et départementales par les routiers, qui tendent à déserter les autoroutes évidemment plus coûteuses. Ce déport a un coût social élevé en termes de sécurité routière et de dommages à des routes…

Lire la suite

Des prêts immobiliers moins chargés en dette : les prêts à responsabilité partagée

Dans un ouvrage retentissant outre-Atlantique, « House of Debt », les économistes Atif Mian and Amir Sufi plaident pour la mise en place de prêts immobiliers qu’ils appellent « à responsabilité partagée » (shared-responsibility mortgages). L’idée est intéressante. De quoi s’agit-il ? La finance immobilière est faite de conventions et d’excès. Aux États-Unis, le fonctionnement du marché fait que les banquiers accordent beaucoup d’importance à la valeur du bien (le loan-to-value) et peu aux revenus de l’emprunteur et donc à sa capacité à assumer le service de la dette (le income-to-debt service). Avantage, l’accès à la propriété est facilitée pour les revenus moyens ; inconvénient, tout…

Lire la suite

La Constitution française est-elle si névrotique ?

Lecture de « Histoire d’une névrose : la France et son économie », Albin Michel, 2014 Mauvais temps sur la France. Pas uniquement du point de vue de la conjoncture politique, détestable sinon crépusculaire. Une sorte de tension générale a saisi le pays, à la fois sur la nécessité de le réformer et sur l’impossibilité de le réformer, sur le ratage de notre mondialisation, sur l’impéritie des élites, voir pour certains sur notre inévitable déclin… Avec un style simple et efficace, Jean Peyrelevade écrit dans cette lignée un livre original, mais étrange, on dira pourquoi. Le mal, selon lui, vient…

Lire la suite

Après les banquiers, les petits génies de la high-tech ?

On sait maintenant que Steve Jobs, alors PDG de Apple, s’était arrangé avec Eric Schmidt, alors PDG de Google, pour empêcher le débauchage des talents dans leurs firmes respectives. Mais pas uniquement avec lui. Il faisait peur à toutes les entreprises high-tech de la Silicon Valley quand elles regardaient l’embauche possible d’un ingénieur venant d’Apple. Un plainte est en cours contre sept de ces entreprises, dont Apple, et la juge Lucy Koh qui instruit la plainte a refusé un règlement à l’amiable. Elle écrit : « Il y a de fortes preuves que Steve Jobs était une sinon la figure centrale dans…

Lire la suite

La présente course aux dépôts bancaires est-elle si saine ?

Les futures règles Bâle 3 introduisent des coussins de liquidité plus épais que les régulations précédentes. Du coup, les banques sont à la recherche active de liquidités, et sous leur forme la plus immédiate pour une banque commerciale, à savoir les dépôts bancaires. C’est le cas particulièrement pour les banques françaises qui avaient traditionnellement développé toute une industrie de collecte de l’épargne dite désintermédiée (c’est-à-dire en dehors de leur bilan), via les OPCVM et Sicav ; et qui de plus disposaient, via leurs filiales de banque-assurance, de l’instrument de l’assurance-vie en euros (avec l’encouragement fiscal qu’on connaît).   Avec leur…

Lire la suite