Le Graphique Vox-Fi

Le Graphique Vox-Fi

La dure vie des assureurs-vie

La dure vie des assureurs-vie

Les taux d’intérêt sont sur une tendance longue, très longue, de réduction. La politique monétaire des banques centrales y est bien sûr pour quelque chose, suite au choc financier de 2007, mais le mouvement s’observe en fait depuis la mi-1980, depuis plus de 30 ans donc. La gestion de l’assurance-vie en devient très difficile. La vie « normale » d’un assureur-vie est celle où se succèdent à rythme pas trop éloigné des périodes où les taux d’intérêt sont hauts et d’autres où ils sont bas. Il peut jouer ainsi son rôle de mutualisation ou de lissage à travers le temps du risque…

Lire la suite

Les baisses d’impôts, de Trump et d’autres, se financent-elles par plus de croissance ?

Les baisses d’impôts, de Trump et d’autres, se financent-elles par plus de croissance ?

« Pinocchios ! Larbins de Trump ! », disent les Démocrates du Congrès quand ils entendent Gary Cohn, patron du Conseil économique de la Maison Blanche, et Steve Mnuchin, Secrétaire au budget, « vendre » le plan fiscal proposé par l’administration Trump en disant que les baisses d’impôts se financent par elles-mêmes, parce qu’elles poussent la croissance et donc les recettes fiscales. Écoutons Cohn en effet : « [Les baisses d’impôt] font un trillion de dollars [sur les dix ans à venir, ce qui est la méthode habituelle du Congrès américain pour juger de l’impact de toute mesure fiscale]. Nous pensons qu’il y aura 2 Tr$ de…

Lire la suite

Ricardo et l’ISF immobilier

Ricardo et l’ISF immobilier

En ces temps de réforme de la taxe d’habitation et de mise en place d’un ISF immobilier, un regard sur la formation de la rente foncière est utile. Et pour cela un retour à David Ricardo, ce grand économiste qui, dans un écrit de […], en a donné la formulation la plus limpide, ainsi que les implications fiscales qui en découlaient. Rappelons le contexte. Une bataille a fait rage au Royaume-Uni tout au long de la première partie du 19ème siècle, pour n’être finalement tranchée qu’en [1847 ?], lors du vote des fameuses Corn Laws. Le débat portait sur l’opportunité d’ouvrir…

Lire la suite

L’investissement action pénalisé chez les assureurs-vie

L’investissement action pénalisé chez les assureurs-vie

Un des problèmes dans le financement de l’économie française vient de l’épargne, à savoir le fort biais en faveur des produits de dette plutôt que de fonds propres, chez les assureurs-vie. Or, avec un encours de 1,6 Tr€, l’assurance-vie est l’un des plus importants canaux de financement de l’économie. Au-delà de la France, c’est un problème européen. On le voit au travers de ce graphique qui fait figurer la structure de placements des assurance-vie dans différents pays (source : Global Financial Stability report, FMI, avril 17, ch. 2). Les trois pays européens du panel, Allemagne, Pays-Bas et dans une moindre mesure…

Lire la suite

La solidité des bilans des grands groupes non financiers français

La solidité des bilans des grands groupes non financiers français

Les grands groupes français se portent bien. Telle est l’image qu’en donne une intéressante étude publiée dans le n° 212 de juillet-août 2017 du Bulletin de la Banque de France. L’étude s’attache aux 80 plus grands groupes non financiers français cotés en Bourse (hors donc groupes étrangers et secteur financier) en suivant leurs performances depuis 2012. Beaucoup de choses frappent l’œil. On se limite au sujet de la structure financière, pour noter la progression assez significative du ratio de levier d’endettement (net de trésorerie) depuis trois ans, signe d’une remontée de l’investissement. Il s’établit à 54 % en moyenne, avec…

Lire la suite

Routes ou écoles, que choisir ?

Routes ou écoles, que choisir ?

Un gros dilemme dans les politiques de développement : les fonds publics sont rares, les besoins du pays importants, les pressions politiques diverses et les lobbys bien organisés. Comment répartir les dépenses d’infrastructure. Notamment, pour focaliser un peu, vaut-il mieux pour le pays (sa croissance, ses comptes publics, etc.) favoriser la construction de routes ou celles d’écoles, deux investissements créateurs de valeur à l’échelle sociale. Quatre économistes, dont deux du FMI, s’attellent à la tâche. Les graphiques qui suivent sont tirées de leur étude : « Investing in Public Infrastructure : Roads or Schools? », FMI, mai 2017. Ils s’appuient, comme stratégie de démonstration,…

Lire la suite

Ah Dieu ! Que la guerre est jolie

Ah Dieu ! Que la guerre est jolie

Les historiens ont depuis longtemps perçu l’ambivalence des grands fléaux de l’humanité, les guerres, les épidémies, la sécheresse… En particulier, la dépopulation qui s’ensuivait (d’une ampleur parfois spectaculaire : l’Europe a perdu plus d’un tiers de sa population suite à la Grande peste démarrée en 1353 ; les pays germaniques près de 40% suite à la guerre de 30 ans) créait un violent choc positif sur les salaires et la productivité. Dans des économies enfermées dans la logique malthusienne (tout progrès technique qui booste le pouvoir d’achat est avalé à terme par une hausse de la population qui le fait plonger à…

Lire la suite

La dérive des dépenses publiques françaises

La dérive des dépenses publiques françaises

Avec un ratio de 56 % sur son PIB, la France est un des pays dont les dépenses publiques sont les plus élevées au monde. Mais très justement, on fait observer que notre pays a certaines particularités sociales et institutionnelles qui d’une certaine façon obligent à cette place importante de l’État dans la production de richesses. Par exemple, notre démographie, plus dynamique qu’ailleurs, qui oblige à des dépenses d’éducation plus importantes ; ou le choix français d’une éducation pré-primaire dès l’âge de 3 ans ; ou encore, notre système de retraite, qui compte comme prélèvements obligatoires les cotisations et donc comme dépenses…

Lire la suite

Où vont les liquidités créées par la BCE ? Réponse : pas ou peu dans la masse monétaire

Où vont les liquidités créées par la BCE ? Réponse : pas ou peu dans la masse monétaire

Le graphique de la semaine porte sur la politique monétaire non conventionnelle de la BCE. Il est tiré d’un article paru dans la revue mensuelle de la Bundesbank, banque centrale allemande, disponible ici. On y voit le cheminement parallèle de la masse monétaire (au sens M3, c’est-à-dire une définition assez large, comprenant les comptes à terme et les titres financiers de court terme) et des réserves détenues par les banques de la zone euro auprès de la BCE. Normalement, les deux courbes vont de pair. Toute offre de monnaie par les banques au secteur non-bancaire oblige les banques à garder…

Lire la suite

L’effet du taux d’impôt sur les sociétés sur le financement par dette

L’effet du taux d’impôt sur les sociétés sur le financement par dette

Le lecteur de Vox-Fi reconnait ici un cheval de bataille de la finance d’entreprise : est-ce que l’impôt sur les sociétés crée ou pas une incitation pour les entreprises à choisir de s’endetter plutôt que de se financer par fonds propres ? En effet, les intérêts de la dette sont déductibles du revenu imposable alors que les dividendes ne le sont pas. L’IS est donc, facialement, une subvention à la dette, ce qui ne laisse pas de surprendre, sachant que la dette est le seul mode de financement qui fait courir le risque de faillite. (Une entreprise intégralement financée en fonds propres…

Lire la suite