Le Graphique Vox-Fi

Le Graphique Vox-Fi

La solidité des bilans des grands groupes non financiers français

La solidité des bilans des grands groupes non financiers français

Les grands groupes français se portent bien. Telle est l’image qu’en donne une intéressante étude publiée dans le n° 212 de juillet-août 2017 du Bulletin de la Banque de France. L’étude s’attache aux 80 plus grands groupes non financiers français cotés en Bourse (hors donc groupes étrangers et secteur financier) en suivant leurs performances depuis 2012. Beaucoup de choses frappent l’œil. On se limite au sujet de la structure financière, pour noter la progression assez significative du ratio de levier d’endettement (net de trésorerie) depuis trois ans, signe d’une remontée de l’investissement. Il s’établit à 54 % en moyenne, avec…

Lire la suite

Routes ou écoles, que choisir ?

Routes ou écoles, que choisir ?

Un gros dilemme dans les politiques de développement : les fonds publics sont rares, les besoins du pays importants, les pressions politiques diverses et les lobbys bien organisés. Comment répartir les dépenses d’infrastructure. Notamment, pour focaliser un peu, vaut-il mieux pour le pays (sa croissance, ses comptes publics, etc.) favoriser la construction de routes ou celles d’écoles, deux investissements créateurs de valeur à l’échelle sociale. Quatre économistes, dont deux du FMI, s’attellent à la tâche. Les graphiques qui suivent sont tirées de leur étude : « Investing in Public Infrastructure : Roads or Schools? », FMI, mai 2017. Ils s’appuient, comme stratégie de démonstration,…

Lire la suite

Ah Dieu ! Que la guerre est jolie

Ah Dieu ! Que la guerre est jolie

Les historiens ont depuis longtemps perçu l’ambivalence des grands fléaux de l’humanité, les guerres, les épidémies, la sécheresse… En particulier, la dépopulation qui s’ensuivait (d’une ampleur parfois spectaculaire : l’Europe a perdu plus d’un tiers de sa population suite à la Grande peste démarrée en 1353 ; les pays germaniques près de 40% suite à la guerre de 30 ans) créait un violent choc positif sur les salaires et la productivité. Dans des économies enfermées dans la logique malthusienne (tout progrès technique qui booste le pouvoir d’achat est avalé à terme par une hausse de la population qui le fait plonger à…

Lire la suite

La dérive des dépenses publiques françaises

La dérive des dépenses publiques françaises

Avec un ratio de 56 % sur son PIB, la France est un des pays dont les dépenses publiques sont les plus élevées au monde. Mais très justement, on fait observer que notre pays a certaines particularités sociales et institutionnelles qui d’une certaine façon obligent à cette place importante de l’État dans la production de richesses. Par exemple, notre démographie, plus dynamique qu’ailleurs, qui oblige à des dépenses d’éducation plus importantes ; ou le choix français d’une éducation pré-primaire dès l’âge de 3 ans ; ou encore, notre système de retraite, qui compte comme prélèvements obligatoires les cotisations et donc comme dépenses…

Lire la suite

Où vont les liquidités créées par la BCE ? Réponse : pas ou peu dans la masse monétaire

Où vont les liquidités créées par la BCE ? Réponse : pas ou peu dans la masse monétaire

Le graphique de la semaine porte sur la politique monétaire non conventionnelle de la BCE. Il est tiré d’un article paru dans la revue mensuelle de la Bundesbank, banque centrale allemande, disponible ici. On y voit le cheminement parallèle de la masse monétaire (au sens M3, c’est-à-dire une définition assez large, comprenant les comptes à terme et les titres financiers de court terme) et des réserves détenues par les banques de la zone euro auprès de la BCE. Normalement, les deux courbes vont de pair. Toute offre de monnaie par les banques au secteur non-bancaire oblige les banques à garder…

Lire la suite

L’effet du taux d’impôt sur les sociétés sur le financement par dette

L’effet du taux d’impôt sur les sociétés sur le financement par dette

Le lecteur de Vox-Fi reconnait ici un cheval de bataille de la finance d’entreprise : est-ce que l’impôt sur les sociétés crée ou pas une incitation pour les entreprises à choisir de s’endetter plutôt que de se financer par fonds propres ? En effet, les intérêts de la dette sont déductibles du revenu imposable alors que les dividendes ne le sont pas. L’IS est donc, facialement, une subvention à la dette, ce qui ne laisse pas de surprendre, sachant que la dette est le seul mode de financement qui fait courir le risque de faillite. (Une entreprise intégralement financée en fonds propres…

Lire la suite

Une relation comptable simple sur le revenu de base universel

Une relation comptable simple sur le revenu de base universel

L’OCDE a publié récemment une synthèse sur le revenu de base universel (RBU) Voir son policy brief et sa methodological note. « Cela coûte combien ? » est la première question qui surgit. On peut partir, comme référence de l’ensemble des dépenses de transfert dans le budget public (tout ce qui n’est pas une dépense dans des biens et services publics). Au lieu de répartir ce budget « social » comme aujourd’hui, que se passerait-il si on le répartissait de façon purement égalitaire, c’est-à-dire uniformément sur toute la population, ce qui est une première définition d’un RBU. L’OCDE fait le calcul du taux de pauvreté…

Lire la suite

Whole Foods et Amazon, ou quand une obligation devient très rentable !

Whole Foods et Amazon, ou quand une obligation devient très rentable !

On associe souvent les obligations à des actifs financiers sûrs et stables. En fait, cela peut bouger très vite, en mal (voir la dette souveraine grecque en 2011), mais aussi en bien. Whole Foods Inc. est un distributeur de fruits et légumes bio aux États-Unis. Il ne se portait pas très formidablement. Les consommateurs se moquaient de lui, lui donnant le nom de « gros chèque » en raison de la facture à la sortie. Un fonds activiste tournait autour. Son action ne se portait pas très bien non plus, de même que son obligation, émise en décembre 2016 à maturité 2025,…

Lire la suite

Un conseil d’administration peut-il réellement surveiller un management ?

Un conseil d’administration peut-il réellement surveiller un management ?

On assigne en général trois rôles à un conseil d’administration : 1- surveiller la marche et la conduite par le management de l’entreprise ; 2- fournir au management des avis, conseils et relations externes à l’entreprise ; 3- intervenir ponctuellement lors de décisions « graves » et rares (recruter ou virer un nouveau CEO, décider d’une acquisition importante, etc.). Il y aurait de quoi bourrer une des tours de la Bibliothèque nationale quai François Mauriac avec la littérature sur l’efficacité des conseils au regard de ces trois fonctions. L’article dont on tire le graphique tente prudemment une revue de celle-ci et un essai de synthèse.…

Lire la suite

Stabilité financière : l’indispensable fabrication des actifs sûrs (safe assets)

Stabilité financière : l’indispensable fabrication des actifs sûrs (safe assets)

On s’intéresse aux actifs sûrs ou sans risque, plus connus sous leur vocable anglais de safe assets, dont on va voir qu’ils obligent à porter un autre regard sur le déficit public. Il s’agit de promesses financières inconditionnelles, dénuées de tout risque de crédit. Elles sont donc émises par les institutions d’un pays quand celui-ci dispose d’un État solide, d’une banque centrale crédible et de droits de propriété sûrs. Les plus sûres d’entre ces promesses, ce sont les titres émis par l’État même du pays, à savoir la dette souveraine. Les actifs sûrs suscitent, depuis la crise financière de 2008,…

Lire la suite