Julie DICKSON

Surintendante des institutions financières du Canada

La discipline des marchés est la meilleure protection pour les banques

Un système financier solide exige la discipline du marché. Malheureusement, la crise financière mondiale a profondément ancré la présomption selon laquelle les gouvernements utiliseront l’argent des contribuables pour renflouer les banques, ce qui incitera largement ces dernières à prendre des risques déraisonnables. Si cela continue, les organismes de réglementation des banques représenteront le principal frein à l’égard de la prise de risques excessifs, et non pas les banques elles-mêmes ou leurs investisseurs. Les organismes de réglementation et les politiciens formulent des propositions visant à contrer les effets de ce risque moral sur les systèmes financiers. Ces propositions vont de charges…

Lire la suite

La discipline des marchés est la meilleure protection pour les banques

Un système financier solide exige la discipline du marché. Malheureusement, la crise financière mondiale a profondément ancré la présomption selon laquelle les gouvernements utiliseront l’argent des contribuables pour renflouer les banques, ce qui incitera largement ces dernières à prendre des risques déraisonnables. Si cela continue, les organismes de réglementation des banques représenteront le principal frein à l’égard de la prise de risques excessifs, et non pas les banques elles-mêmes ou leurs investisseurs.   Les organismes de réglementation et les politiciens formulent des propositions visant à contrer les effets de ce risque moral sur les systèmes financiers. Ces propositions vont de…

Lire la suite

La discipline des marchés est la meilleure protection des banques

Un système financier solide exige la discipline du marché. Malheureusement, la crise financière mondiale a profondément ancré la présomption selon laquelle les gouvernements utiliseront l’argent des contribuables pour renflouer les banques, ce qui incitera largement ces dernières à prendre des risques déraisonnables. Si cela continue, les organismes de réglementation des banques représenteront le principal frein à l’égard de la prise de risques excessifs, et non pas les banques elles-mêmes ou leurs investisseurs.   Les organismes de réglementation et les politiciens formulent des propositions visant à contrer les effets de ce risque moral sur les systèmes financiers. Ces propositions vont de…

Lire la suite