Antoine Paille

Il pèse un risque systémique énorme sur les chambres de compensation

Le présent article soutient avec force le danger et l’opacité qui résultent des transactions financières opérées uniquement de façon bilatérale, de gré-à-gré entre un établissement financier et son client. Il faut des chambres de compensation, qui prennent sur elles une partie du risque de crédit lié aux transactions. Mais l’article insiste tout autant sur la nécessité d’avoir des chambres de compensation très solvables, sauf à faire naître un risque systémique très dangereux.   La concentration des risques de contrepartie dans les chambres de compensation me semble une réponse adéquate à la crise de 2008. Le très important marché des dérivés,…

Lire la suite