Fable de la finance – La cigale et la fourmi : la revanche

Qui ne connaît déjà le soin que la fourmi
Prend toujours à thésauriser
Quand la cigale se goberge…à ce qu’on dit
Sans se défier du danger
Qu’il y a à ne point compter ?
Il faut conter ici, encore certaine affaire
Qui confirme leurs caractères.
Mais la fourmi, si avisée à l’ordinaire
Reçut une leçon amère
De sa fantaisiste commère.
Par différents moyens, les deux animalcules
Avaient joliment prospéré
Et avaient amassé de fort jolis pécules
Car l’une avait beaucoup chanté
Dans les noces et les banquets
Tandis que l’autre avait investi dans la pierre
Devenant la propriétaire
D’un immeuble bien sis, ancienne fourmilière
Qui accueillait des locataires.
Ainsi prospéraient leurs affaires.
La prodigue chanteuse et sa consœur prudente
Etaient alors si opulentes
Qu’un jour elles voulurent optimiser leurs rentes :
Je m’en vais prêter tant au taux de cinq pour cent
Fixe et sur cinq ans, garanti…
Annonça d’emblée la fourmi.
Vous avez tort, votre choix est bien imprudent !
Dit la cigale tout de go,
Vous jouez, ma chère, au loto !
Imaginez que le marché fasse monter
Les taux de cinq à six pour cent…
La vie vous créé un accident
Grave et ruineux: tant de dettes à acquitter…
Vous guignez votre bon argent…
Vous vous voyez contrainte à vendre votre prêt
Mais alors il ne vaut plus tant
En raison de son trop faible taux d’intérêt !
Fariboles, dit la fourmi, c’est la raison
Qui me conseille et sécurise
La prospérité de ma mise :
Je ne veux pas risquer de perdre mon pognon !
Sûr de lui l’insecte entêté
Fit comme il avait décidé.
Mais un beau jour les éléments se déchaînèrent :
Une tempête mortifère
Endommagea la fourmilière
Et il fallut payer quantité d’ouvrières
Pour réparer tous les dommages
Qu’avait provoqués cet orage.
La fourmi accablée dut revendre son prêt.
Mais sa valeur avait chuté
Son capital fut écorné.
La cigale, elle aussi, récupéra son prêt
A taux variable celui-là
Et elle s’en félicita :
Elle récupéra sa mise et quelques sous
Supplémentaires bien venus
Qu’elle compta et qu’elle… but.
Plus tard, elle héla la fourmi grippe-sous.
La sécurité, dit-elle n’est pas toujours
Où l’on croit la trouver, elle n’est pas acquise
Un dieu vengeur peut vous malmener à sa guise
Eradiquer votre profit en quelques jours.
Le risque vous fait peur, mais voyez : mon calcul
Hasardeux et osé, a grossi mon pécule
Quand le vôtre a fondu. Mais pour vous consoler
Vous aurez le plaisir de m’entendre chanter.

Cet article a été publié une première fois sur Vox-Fi le 30 novembre 2010.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *